Collège Gambetta
Le collège public de Carentan

Accueil > La vie en classe > Projets disciplinaires > Centenaire de Verdun : la classe de 3ème2 représentera l’académie

Centenaire de Verdun : la classe de 3ème2 représentera l’académie

vendredi 13 mai 2016, par Administrateur.
Mis à jour le mercredi 25 mai 2016

La classe de 3ème2 du collège Gambetta représentera l’académie de Caen aux cérémonies officielles de commémoration du centenaire de la Bataille de Verdun qui se déroulera le 29 mai 2016 en présence de M. le Président de la République et de Mme la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne : son projet intitulé « le monument inconnu » a été retenu par le comité académique du Centenaire.

Le monument inconnu

Sur le perron d’entrée du collège Gambetta est accrochée une plaque de marbre blanc portant 34 noms, titrée « A nos camarades morts pour la France », sans date de création ou d’installation, sans commanditaire ni davantage de précisions.

La présence de cette plaque énigmatique à l’entrée principale du collège mérite l’ouverture d’une enquête, confiée aux 27 élèves de la classe de 3e 2, encadrés par leur professeur principal et professeur d’histoire-géographie. Si les indices sont rares, les questions sont nombreuses. D’un côté, 34 noms, avec l’initiale d’un prénom, gravés en lettres d’or et rangés alphabétiquement sur deux colonnes, une épitaphe également dorée, deux cercles noirs surmontés chacun d’un nom emprunté à la liste. De l’autre ces interrogations : Qui sont ces 34 « camarades » ? Pourquoi sont-ils honorés ensemble ? Que leur est-il arrivé ? Quand ? Comment ? Pourquoi deux d’entre eux sont-ils distingués ? Que sont ces cercles noirs ? Pourquoi l’ordre alphabétique n’est-il pas exactement respecté ? Qui a voulu cette plaque ? Qui l’a financée ? Quand ? Pour faire quoi ? Est-ce habituel ? Où l’a t-on installée initialement ? Pourquoi est-elle accrochée ici ? Pourquoi à cet endroit ? Depuis quand ? A quoi sert-elle aujourd’hui ?

Pour résoudre l’énigme, il faudra interroger des sources, analyser leur contenu afin d’y glaner des informations, vérifier leur fiabilité, comparer les renseignements obtenus, les organiser les uns par rapport aux autres pour construire une connaissance, écrire de l’histoire. Mais de quelles ressources disposons-nous, au niveau de l’établissement, de la ville de Carentan, du département de la Manche ou au plan national ? Lesquelles subsistent ? Les recherches mises régulièrement en commun, progressivement enrichies, réorientées, vont-elles permettre d’éclaircir le mystère qui entoure le « monument inconnu » ? La classe de 3ème2 sera-t-elle en mesure de lever le secret et d’expliquer aux adultes et aux collégiens les raisons de cette installation ? Saura-t-elle leur rappeler le destin de ces 34 « camarades » et le motif de l’hommage ? Pourra-t-elle susciter de l’intérêt chez les passants, petits et grands, à présent indifférents ?

Avec l’aide des professeurs d’histoire, de français et de mathématiques, la classe s’est
mise au travail dès septembre 2015, encouragée par la labellisation de son projet par la
commission du Centenaire. Elle est finalement parvenue à rétablir le sort de 31 des 34
« camarades », qui avaient en commun d’avoir été élèves ou enseignants d’une ancienne école primaire supérieure, d’avoir été mobilisés et perdu la vie pendant la Grande Guerre ; mais les conditions de leur incorporation, leur expérience de combattant et les circonstances de leur mort sont très variées. Tous ne furent pas fantassins, beaucoup furent sous-officiers, quelques-uns moururent dans leur lit, un disparut en mer, deux frères furent tués à quelques jours d’intervalle, plusieurs furent fauchés dès les premières batailles mais d’autres, plusieurs fois blessés, défièrent la mort dans les tranchées des mois durant, tous n’étaient pas célibataires, quelques-uns restèrent inhumés près des champs de bataille… Autant de sensibles existences différentes et attachantes, tragiquement interrompues, qui sont le reflet de l’expérience combattante et du dramatique bilan humain d’une longue et épuisante guerre totale.

Ce travail effectué, la classe entend en transmettre l’esprit et une partie des connaissances établies ; elle a trouvé dans une association locale une oreille attentive et va pouvoir diffuser ses conclusions, par l’intermédiaire de sa revue, La gazette des Arcades de l’histoire. En juin 2016, les élèves vont organiser une cérémonie de réhabilitation de la plaque, espérant réunir des descendants des élèves de l’école primaire supérieure de Carentan dans une manifestation civique d’hommage.

Portfolio

titre documents joints

Pronote